Convoyage à bord d’un bateau de course

de | 11 mai 2011

Mon frère Sébastien vient de gagner la Pornichet Select, course en solitaire de 300 milles de Pornichet à … Pornichet (en passant par les Sables d’Olonne puis remontant à Groix), son bateau est donc à Pornichet et j’ai l’occasion de faire le convoyage vers Lorient avec lui.

Venant de Toulouse, je pars un dimanche pour Lorient. Entre l’avion (je prends Easy Jet pour la première fois) et le train le voyage se passe sans problème.

Le départ vers Pornichet est prévu lundi matin, le train de 6h47 qui va à Nantes. Nous on fait un stop à Savennay pour changer de train direction Pornichet. Arrivé bien à l’heure, on marche jusqu’au port sans oublier un « pit-stop » au Spar pour s’acheter de quoi manger : il y a une cinquantaine de milles jusqu’à Lorient et le vent devant s’orienter en fin de journée au nord-ouest, ça pourrait se finir au près de nuit.

Arrivée au port vers 10h10 du matin, il reste quelques bateaux de la course encore sur les pontons. Petite présentation du bateau de mon frère : c’est un mini « prototype », c’est-à-dire un bateau de 6m50 conçu pour traverser l’Atlantique. Prototype car il est autorisé, dans une certaine marge (ce qu’on appelle la jauge) à modifier et améliorer ce qui existe. C’est grâce à cette série de bateaux qu’on doit les quilles pivotantes, les ballastes, … C’est le 716ème mini et a donc logiquement le numéro 716. Son nom de course est celui de ses sponsors, en l’occurrence : Eole Generation – GDF SUEZ. Le bateau a été conçu par le cabinet d’architecte Marc Lombard et en autre par Henry-Paul Schipman qui travaille au cabinet et a fait une année de course avec (et fini 3ème de la Transat 6,50 en 2009).

Moi qui aie une expérience plutôt réduite des « gros bateaux », je vais découvrir plein de chose. Avant le proto, mon frère a commencé le mini sur un bateau de série (où la jauge est beaucoup plus stricte) et j’ai pu faire un convoyage entre La Rochelle et Hendaye ainsi qu’une course entre Locmiquélic et Port Bourgennay.

A bord tout est optimisé au niveau place et poids. On est loin des gros bateaux de croisière mais en contrepartie les performances sont au rendez-vous !

Le bateau est quasiment prêt, je m’occupe du solent (c’est la plus petite voile d’avant si on exclue le tourmentin). Il s’agit juste d’y frapper la drisse, mettre les manilles textiles sur l’était (également en textile) et les écoutes. Comme sur un cata 🙂 Sébastien s’occupe de la grand-voile et après une demande de remorquage jusqu’à la sortie du port dont la réponse est négative, on part (pas de moteur sur les minis). Le vent dans le port doit être de moins de 2 nœuds et plutôt de face.

P1010355

Mais le bateau part et accélère doucement, après un virement de bord (qui se révèlera être le seul virement de bord) dans la passe on s’engage en baie de la Baule. Il est 10h30. Quelques J80 s’entrainent dans la baie, le vent reste au début très faible : entre 3 et 5 nœuds, mais on avance tout de même entre 3 et 4 nœuds.

P1010366

En passant le Croisic le vent monte doucement et prend de la gauche. On peut donc sortir le code 5 qui est le plus petit spi (env 50 m²). Mon frère en bon chef d’entreprise a de nombreux coup de téléphone, mais quoi de plus beau que d’avoir son bureau sur un bateau !

P1010376

Pour la suite de la navigation, il faut savoir si on passe entre Houat et Belle Ile ou entre Houat et Hoedic ou bien si on arrive assez tôt pour rester à l’est de Hoedic et Houat. Mon frère commence à bien connaitre ces endroits et c’est lui qui s’occupe de tout cela. On passe le Croisic sous le soleil.

P1010379

P1010381

Les cardinales et autres marques sont nombreuses dans le coin, et je peux donc « enfin » mettre à contribution une partie de mon monitorat de voile légère (mais j’ai oublié pas mal de chose …).

P1010388

Le soleil du départ commence à disparaitre. Le vent commence doucement à refuser et tenir le code 5 devient de plus en plus difficile. Arrivé à 43 degrés de vent apparent je décide de réveiller mon frère. Bien m’en a pris, 2 minutes plus tard le vent refuse de 40 degrés. Complètement surpris, le bateau est sur la tranche… Pas de photos car j'avais d'autres choses à faire : je n’avais pas l’écoute de GV dans la main et chariot choqué à fond on continue à partir au loffe. Seb remet le bateau en ordre et on part vent arrière pour affaler le code 5 juste avant Hoedic.

On repart au près en essayant de faire le max de vitesse pour passer avant la renverse du courant (qui est à 15h42). Le vent se renforce pour atteindre 10/13 nœuds et Seb remplit le ballaste au vent. On gagne quelques dixièmes de nœuds.

Le temps est à présent bien couvert et cela rend le paysage un peu plus triste… Très peu de monde sur l’eau ce lundi… Une frégate militaire et quelques très rares voiliers sont dans notre visuel. De plus on entend sur le 16 (à la radio) un « mayday » retransmis par le CROSS Etel qui signale un bateau retourné, un homme à la mer et un disparu vers Noirmoutier…

On remonte au près toujours entre le continent et les iles. Bon pour nous le vent adonne doucement et surement. Décision est donc prise de continuer et de ne pas virer pour passer entre Houat et Hoedic, par contre faut vraiment aller vite pour ne pas se prendre la renverse de la marée.

Le vent continuant à adonner, Seb sort le gennaker. On gagne encore quelques nœuds et le soleil réapparait juste au nord de Houat, Je fais un petit panoramique alors que je suis au rappel. Le passage de la Teignouse se fait dans un clapot un peu cassant mais on y est 15 minutes avant la renverse.

Pano_Nord_Houat

Puis ensuite c’est Quiberon. On passe assez proche de la cote et on a donc un ressac pas très agréable. Le vent continue à adonner et c’est repartit pour le code 5. Le vent est entre temps monté (maintenant entre 12 et 14 nœuds) et tenir le code 5 n’est pas facile. Seb part matosser (déplacer tous les sacs au bon endroit pour aider à laisser le bateau à plat).  Les sensations ne sont pas les mêmes que sur un cata et surtout on ne peut pas trop abattre si on veut faire l’entrée de Lorient. Je fais mes premières pointes à plus de 10 nœuds et après le vent continu à monter (14-16 nœuds) et je laisse mon frère barrer. Je m’installe derrière lui au coin arrière. On avance entre 11 et 13 nœuds.

P1010415

P1010416

P1010417
La fin du convoyage est donc rapide et tant mieux. Moi qui voulais essayer le proto dans ces conditions, c’est super.

A l’arrivée on voit le premier Multi One Design (MOD 70). Belle bête !

P1010420

On rentre par la passe sud et rentre plein vent arrière dans la rade de Lorient.

P1010423

P1010424

P1010425

 

On arrive à la base des sous-marin qui est la base de course au large de Lorient : il y a bien sur les minis mais aussi pas mal de Class 40, Banque Populaire, Groupama, …

Pour l’arrivée on fait le seul empannage (bon on était sous solent seul, la grand-voile étant descendu quelques instants plus tard) et on dégrée le bateau.

Demain il faut le sortir de l’eau pour quelques travaux donc on enlève tout et on le nettoie.
 

P1010426

Carte


Voici la vidéo du convoyage :

 

Pour en savoir plus et suivre mon frère sur ses courses :
Site web : http://www.sebastien-rogues.org (avec possibilité de s’inscrire à la newsletter).
Facebook : http://www.facebook.com/home.php#!/pages/S%C3%A9bastien-Rogues/139363216124458
Twitter : http://twitter.com/sebrogues

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *