Jour 2 : Conversion de licence et BFR

de | 27 mars 2012

Lever aux aurores (5h30 locales)… On ressent encore le décalage horaire. Aujourd'hui, le programme est chargé : fin de transformation de la licence pour avoir une licence de pilote privé américain et ensuite il faut se faire "lâché" sur l'avion.

Après un très copieux petit déjeuné (qui coute plus cher que le repas de la vieille au soir), on se prépare à aller (sous la pluie) au bureau local de la FAA (FSDO) en taxi. 

Une fois qu'on a trouvé le bon étage dans le bâtiment, un instructeur vient nous voir et on commence.

On discute une petite demi-heure et ils nous expliquent quelques différences ou particularité américaine. Le dialogue est très intéressant et après il repart dans son bureau pour finir les papiers. 

Une petite demi-heure après, le revoilà et on finit de remplir les papiers… Nous avons nos licences américaines ! Bon elles ne sont pas top (bout de feuille de papier), mais la définitive sera une belle carte en plastique… 

licence

A aucun moment l'instructeur n'a essayé de nous piéger ou autre… Tout cela s'est fait en croisant nos expériences. Bref, on peut le dire, dès que vous savez "un peu" parler anglais, transformer une licence en PPL US, c’est faisable (je n'ai pas dit que c'était forcément "simple"). On doit ensuite prendre un bus pour aller au terrain ou on loue l'avion. L'instructeur de la FAA nous propose de nous emmener à l'arrêt de bus qui est à l’aéroport de Milwaukee. Vraiment sympa !!! 

On prend donc le bus jusqu'a Waukesha (30 km à l'ouest de MKE). Après être arrivé à une sorte de gare routière puis pris un bus de ville, et enfin un taxi depuis le centre-ville (qui a eu bien du mal à trouver le petit terminal), nous voilà arrivé chez Spring City Aviation. Alexandre a son instructeur et moi le miens : pendant que je serai en vol, Alex ferra son heure d'instruction au sol puis ira en vol alors que je serai au sol.

Le BFR se passe bien. Bien évidement je fais la communication radio, ce qui est, je pense, le plus compliqué. Bon et bien ça se passe pas si mal que cela : j'arrive à peu près à comprendre ce qu'il se dit à la radio (mais pas tout quand même) et j'arrive à me faire comprendre. On roule pour la 18, on est autorisé à croiser la 28. Tom, mon instructeur, me dit qu'il faut "sentir" l'avion quand je lui demande les vitesses. Faut pas me le dire deux fois… Aligné, on met tout devant, je décolle quand ca vient, et c'est partit. 

DSCF0044

La météo s'est mise au beau fixe avec une petite couche de petit cumulus vers 3000 ft. Je ne sais pas si c'est parce que je suis la, mais pas question de trop se rapprocher des tout petits nuages … On continue à monter vers 5000 ft, et on commence par des "steep turns". Avec 40hr de voltige, je lui demande s'il veut à 60° d'inclinaison ou plus, 45 suffiront, dommage … Un premier 360 à gauche puis un à droite. Puis c'est du vol lent, puis des virages en vol lent, quelques décrochages avec puissance mini et max (d'ailleurs je ne sais plus trop en faire car je laisse "tomber" l'avion comme si je voulais faire un départ en vrille)… Les décrochages avec moteurs plein gaz sont bien fait car c'est comme quand on se retrouve en haut d'une remontée dos sans vitesse …

Retour sur le terrain pour quelques tours de pistes. Bon les atterrissages ne sont pas aussi doux qu'en Robin ou même qu'en Cap 10, mais je n'ai pas tant l'habitude que cela de poser avec un volant. 1h de vol pile poil … 4ème et dernier tour de piste et je rentre au "South Tiedown". 

Alexandre finit la partie au sol et il part en vol alors que je commence la partie au sol : on parle des mini météo, des classes d'espaces, des équipements minis réglementaires, des hauteurs de survols, … Ça change pas mal de l'Europe … 

A la fin Tom me signe mon carnet de vol : je suis donc apte à voler aux US !

cdv

Alexandre revient, apte tout autant que moi et vient la question de comment rentrer à MKE. 

Réponse évidente : en avion ! 

J'appelle le FBO (la société qui gère le handling : Fixed Based Operator) pour avoir une idée des taxes … Bon ca va nous couter une trentaine de dollar, mais ce sera plus simple et surtout ça nous évite de revenir demain matin. On part donc pour notre premier vol …

Alors même si c'est moins de 20 nm, on va quand même vers un aéroport international, avec de la classe C. Je pilote, Alex fait la radio. 

Roulage vers la 28, décollage, et prise de cap vers MKE. On contact MKE assez rapidement, on est pris en guidage radar pour la base 19R, numéro 2 derrière un Airbus et on nous demande notre "best speed". Base, posé, roulage, … Easy ! Nous voilà chez Signature, le seul FBO disponible à MKE. 

On fait le plein, on commande un taxi, et on rentre à l'Hyatt bien fatigué … Le taximan s'avère être un allemand qui après avoir sillonné l'Europe en bus a suivi sa femme à MKE (je la fait simple). 

Mangé au même endroit que hier soir et on part dormir après avoir priceliné (voir le lien vers le blog de Vincent : http://20-100-video.blogspot.com/2009/05/et-la-farandole-priceline-continue.html) pour les deux prochaines nuits (avec beaucoup de difficulté, mais on a trouvé un Mariott en plein centre de Chicago).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *