Kristiansund, Bergen et le Sognefjord le 2nd plus grand fjord du monde

de | 28 novembre 2016

La veille nous avons fait le plus beau vol de notre vie mais la fin a été un peu longue. Aujourd'hui, juste 1 heure de vol et le lendemain on ira voir le second plus grand fjord du monde. Ce qui précède à lire ici.

Après une bonne nuit de repos, nous partons pour notre vol le plus court du voyage : Kristiansund. C’est un archipel d’île qui est à peine à une heure de vol de Trondheim. On ne peut pas aller beaucoup plus au sud car le mauvais temps nous bloquerais. Alors c’est partit. Le matin, c’est comme d’habitude au petit déjeuné qu’on prépare et dépose les plans de vols.

 

20160701_093629

enva-enkb

Puis on fait le chemin inverse, mais le tourniquet ne tourne que dans un sens et pour réussir à rentrer sur cet aéroport c’est moins facile qu’ailleurs … Finalement on trouve l’endroit ou une personne appelle un chauffeur pour qu’il vienne en minibus.

Le DR400 doit aller à la pompe mais pour nous cela a été fait hier. Donc on part directement. Décollage sous une petite averse et on suit les le côté sud du fjord.

Encore de jolis paysages aujourd’hui ! C'est nettement plus habité que dans le nord, les montagnes sont plus "rondes" et moins haute (mais on voit qu'au loin c'est bien plus haut). Beaucoup de mini lac au sommet. Les fjords sont vraiment nombreux. 

2 3 4
6   8

 

Comme a son habitude le Cirrus, bien que partis après est devant nous à présent. A l’arrivée, un avion de ligne nous empêche une arrivée directe et en plus on fait un 360 dans la vent arrière. Mais cela nous permet de mieux voir cet archipel d’île qui a l’air vraiment sympathique.

Finale, posé et on se gare à côté du Cirrus. Le DR400 arrive juste après nous. On décide de finir le max de nourriture importée et on fait donc l’inventaire de ce qu’il reste :

9

En même temps je réserve un hôtel, encore un Scandic (ce sera déjà le troisième) et on attend 10 min un minibus taxi qui nous emmène en ville.

Une fois les affaires posées à l’hôtel on trouve un petit parc pour faire un bon petit repas français. Je suis ensuite attaqué par les goélands qui ont l’air de bien aimer la nourriture française (et cette attaque a été orchestrée par mes voisins …).

10

Ensuite et c’est bien la première fois depuis le début du voyage, on ne sait pas trop quoi faire. Evidement on a oublié les guides dans les avions … Mais avec un peu de tchatche, certains nous trouvent un embarquement pour aller visiter une petite île au large. Il s’agit du village de Grip. Donc petite croisière vers l’île de Grip d’une heure. Ensuite une visite de l’île est assez intéressant (et surtout comme non prévu, c’était bien sympa avec ses maisons bien typiques

). Au retour j’en profite pour me reposer 😉

10-1

10-2 11

Et le soir on se fait un dernier apéro dans l’hôtel : il y a un petit salon à chaque étage et là on l’a bien utilisé (et moi j'en ai pas trop profité car un poil malade…) 😉

Après une très bonne nuit, le goéland vient encore nous narguer …

12

Petit dej assez tôt pour réussir à passer avant le mauvais temps prévu à Bergen qui sera notre objectif du jour. Il y a en gros deux routes possibles : le long de la mer à regarder toutes les entrées de fjords ou essayer d’aller chercher le début d’un fjord et le suivre jusqu’à la mer. Et ce fjord n’est que « Sognefjord », le second plus long fjord du monde (avec environ 204 km de côte selon wikipedia). Mais pour cela, il faut partir plein sud de notre position et passer les montagnes et c’est loin d’être CAVOK.

enkb-enbr

Par contre les montagnes n’ont pas l’air accrochées et surtout on peut faire demi-tour. Le Robin et le Cirrus préfère longer la côte. Du coup on sera vraiment tout seul sur ce vol.

Mais on a un peu cafouillé sur un point : on est samedi et l’aéroport n’ouvre pas avant 10h locales. Nous qui voulions partir tôt … Quand on voyage on oublie rapidement quel jour on est et que le week-end tout n'est pas aussi ouvert qu'en semaine.

On arrive au terrain et comme prévu tout est fermé. Une période d’attente commence.

13

Mais après plusieurs sentinelles envoyées en reconnaissance on arrive aux avions vers 9h30. Petit message voir si cela répond à la tour de contrôle. Oui y’a des gens, Oui ils ont nos plans de vol et Non on ne peut pas mettre en route. Les pompiers ne sont pas prêt … C'est le seul petit reproche de tout le voyage. Mais bon, on attend.

Cela nous laisse le temps de cogiter bien la route, régler toutes nos tablettes, GPS et autre, et c’est partit. Nous partons en dernier et à la différence de nos camarades nous prenons plein sud.

Au début tout va bien, mais dès qu’on vient buter contre les premières montagnes il va falloir faire un choix : sous ou au-dessus de la couche. Au vu du faible espace et même s’il y a très peu de vent, je préfère passer au-dessus. J’ai vu à la préparation (merci la 4G partout) que cela doit se fragmenter ensuite. Une fois on top, déjà ce n’est pas trop bouché et on n’est pas trop haut, vers 11 000 ft max.

Et après 10/15 minutes, comme prévu cela se dessoude. On voit bien les sommets qui sont complétement blanc et les lacs presque encore gelés.

14

Puis vient le moment de redescendre. Grâce à Skydemon et son radar virtuel on peut voir le profil topographique devant et trouver le bon trou pour redescendre. On gratte un peu les nuages au début mais y'a de la place. Au loin on entend sur la fréquence de Norway Control le DR400 et le Cirrus (enfin on entend quand Norway leur parle, car eux ils sont loin et bas et cela ne passe pas en direct).

Rapidement on arrive à Skjolden qui est le début (ou la fin) du Sognefjord.

15

On ne descend pas trop et surtout on regarde bien sur Skydemon ou sont les câbles. Car il y a câbles électriques qui traversent les fjords et ils ne sont pas à 500 ft. Le fjord montant en gros entre 3 000 et 4 000 ft de chaque côté, ils sont souvent vers 2 000 ft avec un point bas à 1 500 ft au milieu. On évolue entre 1 500 et 3 000 ft ce qui fait souvent à mi-hauteur des parois. C’est vraiment très impressionnant. On passe avec Sogndal qui est un AFIS car il y a terrain dans le fjord et on arrive au moment du départ du Dash (ou ATR je ne me souviens plus).

Quand on arrive travers le terrain (pour moins de 1 NM), on ne le voit pas, ce qui m’étonne ! Je regarde un peu mieux et regarde l’altitude du terrain ! On était 1 000 ft dessous 😉 Petite montée et on le voit au loin !

Le vol se poursuit le long du fjord. Mais en vérifiant la météo (au radar, merci encore à la 4G dispo partout), on voit un gros paquet qui arrive sur notre destination. C'est pour cela qu'on voulait partir tôt ce matin. On décide env. 10 km avant la fin du fjord de monter pour passer les montagnes et se diriger directement vers Bergen.

16 17

On est autorisé à entrer dans la CTR mais ce sera selon le cheminement pour éviter l’axe ILS ce qui nous rallonge un tout petit peu (y’a pas mal d’arrivée IFR par contre). Mais on voit le grain et on aimerait bien être posé avant. Une sorte de course contre le grain commence.

A l’approche du terrain on se prend un 360 pour laisser passer un Dash et on se pose juste avant le grain (mais aucun impact de foudre annoncé sur le radar). Essence rapide car il pleut pas mal (faudra bien purger le lendemain ;-).

Roulage vers le parking aviation générale qui est en fait des alvéoles dans la forêt. Et nos 3 avions en remplissent une !

L’équipage du Cirrus est déjà au chaud à l’aérogare et avec le Robin on se dépêche car il pleut toujours et pas qu'un peu !

Après une bonne ballade dans l’aéroport on rentre dans l’aérogare par une porte dérobée (on arrive par les bagages hors format)… C’est presque comme à Trondheim. L’aviation générale sur les très gros terrains c’est assez spécial en Norvège. Mais au moins ce n'est pas cher car on a notre carte Avinor et on a payé un forfait pour la semaine. On sent que l'inertie de groupe augmente d'ailleurs car ils sont tous au bar de l'aérogare…

Ensuite on prend le bus pour rejoindre notre hôtel, encore un Scandic 😉

On se fait un bon repas de crustacé et une petite ballade (sous la pluie) dans le vieux Bergen. Retour à l’hôtel pour ma part et une bonne sieste ne fera pas de mal.

17-1 17-2 18
22 20 21

19

Le soir petit apéro qui servira de dinner également car on a mangé assez tard et fait quasiement que dormir l'après-midi… Les avions sont presques vide de vivres 😉

Le lendemain ce sera notre dernier vol en Norvège. Déjà !

Sur la vidéo des plus beaux paysages on y voit bien le Sognefjord et le passage entre les montagnes et les nuages (quand c'était revenu plus "simple") :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *