Oshkosh : chiffres et conclusion

de | 2 août 2012

Le premier mot qui me vient à l’esprit c’est « facilité » :

-Facilité (relative : encore merci à Vincent) d’avoir sa licence,
-Facilité de louer un avion,
-Facilité de naviguer,

On pourrait encore en trouver d’autres… Mais bien sur, sans parler anglais, c’est impossible.

Ensuite, c’est bien sûr une sorte d’accomplissement de rêve. Quand on est pilote privé en France, voler aux USA est presque inaccessible, se poser à Oshkosh, le plus grand fly’in mondial c’est une pensée qu’on a les soirs bien arrosés au bar de l’aéroclub.

Et bien non : c’est faisable avec de la volonté et un minimum de connaissance / expérience tout de même.

Je garde plein de souvenir et n’ai qu’une envie, repartir voler aux USA.

Maintenant ce qui peut vous intéresser : combien ça coûte…

Voici tous les frais (en euros) :

-Documentation, base de donnée GPS, cartes, … : 165 € (en enlevant 25 € de doc Canadienne et quelques autres choses qui en fait ne servent pas, on peut tomber à 100 € sans problèmes : 4 cartes 1/500 000 et 3 cartes 1/250 000). Et si on enlève les frais de livraison vers la France, on tombe à 60 €.
-Avion : 1700 € pour env. 17 hdv (dont un peu plus de 2 en double commande). Bon à priori, ils ont oublié une heure de vol …
-FBO (taxes aéroports en gros) et le DECAL (taxe pour l’avion lors de la rentrée aux USA) : 200 €
-Hôtels (que du 4 étoiles via Priceline, 9 nuits) : env. 1000 € (avec les petits dej qui étaient très copieux)
-A/R par Air France, départ de Toulouse en juillet pris « au dernier moment » : 1260 € (difficile de trouver plus cher)
-Voiture de location (mauvais temps à Oshkosh) : 140 €
-Total des taxis et bus : 280 € (on peut le diminuer un peu…)
-2 jours au Air Venture : 55 €

Soit un coût par personne de 3 055 €.

Il faut rajouter vos repas (midi, mais nous on ne mangeait pas à midi et soir) et vos achats perso…

Le billet d’avion vient plomber le tout, mais en faisant le même voyage en avril ou octobre, il est moitié moins cher (voir encore moins).

A vous de voir ou vous pouvez réduire (hébergement et quelques dollars de taxi selon).

L’idéal, c’est d’y aller à deux ou quatre (pour les chambres d’hôtels), mais à quatre faut un avion puissant avec de la place pour les bagages. A deux dans un PA28-180 on avait de la place, on aurait pu être trois, mais à quatre ca demande à faire des devis de masse si on veut respecter la masse max au décollage et donc gérer le pétrole plus finement (nous c’était le plein tout le temps, sans se poser une seule question) et faut toujours bien ranger la soute.

Essayez d’aller voler aux USA, c’est grandiose !

DSCF0973

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *